Comment partir étudier au Canada ?

Comment partir étudier au Canada ?

Le Canada accueille chaque année plus de 130 000 étudiants étrangers, dont 8 000 étudiants français – ce qui en fait leur deuxième destination d'études favorite, après le Royaume-Uni mais avant les États-Unis. Plus vaste que la Chine (9,9 millions de kilomètres carrés !), mais quarante fois moins peuplé (35,16 millions d'habitants), le Canada est connu pour ses grands espaces, la rigueur de ses hivers, mais aussi pour la gentillesse de ses habitants…

Il mériterait également d'être apprécié pour ses établissements d'enseignement supérieur, parfois aussi cotés que certains de leurs voisins américains, pour un coût moins élevé. En outre, le Canada est le seul pays qui vous donnera l'opportunité d'étudier en anglais, tout en vivant dans un milieu francophone… 

Un double système

Le Canada dépense davantage pour son système d'éducation que n'importe quel autre pays du G8 : les conditions d'études y sont d'une grande qualité, et les diplômes délivrés ont acquis une notoriété internationale, notamment dans le domaine des nouvelles technologies (informatique, télécommunications et biotechnologies), des affaires, de la santé… La plupart des institutions d'enseignement supérieur sont publiques, et, malgré leur gestion interne autonome, elles délivrent le même type de diplômes.
 
Les universités s'apparentent à bien des égards à celles des États-Unis : les trois « grades » qu'elles délivrent sont le bachelor  (encore appelé « baccalauréat », équivalent de notre licence), le master  et le PhD  (doctorat). À l'image de celui des autres pays anglo-saxons, l'enseignement canadien fonctionne sur le système de « crédits » à obtenir par année pour chaque diplôme. Chaque cours vaut un certain nombre de crédits (ou unités de valeur) selon le nombre d'heures, le travail personnel requis et la difficulté.
 
Les community colleges sont plutôt réservés à ceux qui se destinent à une formation professionnelle pointue dans les domaines du commerce, de l'industrie et de la fonction publique.
 
À noter : au Québec, les choses sont un peu différentes. La scolarité secondaire ne dure que onze ans, mais les étudiants doivent passer deux années dans un CEGEP (collège d'enseignement général et professionnalisé) avant de pouvoir s'asseoir sur les bancs d'une fac. Le diplôme qu'ils obtiennent dans ces collèges, le DEC (diplôme d'études collégiales), est le sésame pour les études supérieures québécoises.
 

Avertissement ! Depuis le 1er juin 2014, des règles plus contraignantes…

De nouvelles règles, entrées en vigueur le 1er juin 2014 et visant notamment à réduire le risque de fraude, limitent la délivrance de « permis d’études » aux demandeurs qui étudient dans un « établissement d’enseignement désigné » (école au Canada dans laquelle doit être accepté un étudiant avant d’être admissible à un permis d’études). Elles obligent les étudiants à poursuivre « activement » leurs études pendant leur séjour au Canada. Ce qui signifie que si vous êtes titulaire d’un permis d’études, vous devez continuer d’être inscrit et « réaliser des progrès raisonnables et en temps opportun » en vue de terminer votre programme d’études ; et que si vous ne le faites pas, vous pourriez être renvoyé du Canada…
Ces nouvelles règles permettent par ailleurs aux étudiants étrangers à temps plein inscrits dans certains programmes dans un « établissement d’enseignement désigné » de travailler à temps partiel hors campus et à temps plein pendant les congés prévus au calendrier scolaire, et ce, sans permis de travail. Dans le cadre des nouvelles règles enfin, votre permis d’études expirera quatre-vingt-dix jours après la fin de votre programme d’études. 
 

Comment partir ?

Commencez votre recherche au moins une année avant le début des cours et procédez par étapes. Réfléchissez à la formule d'études qui vous conviendrait le mieux : pouvez-vous participer à un échange universitaire ? Combien de temps souhaitez-vous partir ? Voulez-vous décrocher un diplôme canadien ou préférez-vous perfectionner votre niveau d'anglais ? Avant de vous décider, rendez-vous au bureau des relations internationales de votre établissement français afin de connaître les possibilités d'échanges. Partir dans le cadre d'un échange universitaire, c'est s'assurer de la prise en compte de ses acquis canadiens à son retour et réduire considérablement les frais d'études. Parfois même, des accords prévoient la préparation d'un double diplôme, c'est-à-dire d'un diplôme français et d'un diplôme canadien.
 

Les programmes d'échanges

Deux grands programmes facilitent les échanges entre établissements français et canadiens : la Micefa et la convention Crepuq.
  • La Micefa  (Mission interuniversitaire de coordination des échanges franco-américains ). Ce programme lie plusieurs universités françaises et canadiennes. Les étudiants doivent être en master et avoir obtenu un score minimum au TOEFL.
  • La convention Crepuq (Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec  ) associe plusieurs universités et grandes écoles françaises et tous les établissements universitaires québécois. Chaque année, une très grande majorité des étudiants français qui choisissent d'aller étudier au Québec partent grâce à cet accord. Les dossiers sont à retirer à partir d'octobre auprès du service des relations internationales de votre établissement français.

 

Partir seul

Le service des relations universitaires de l'ambassade conseille de faire sa demande d'admission au moins trois mois avant la date limite de réception des dossiers (entre le 1er janvier et le 1er mars selon les cycles d'études et les établissements). Si vous vous y êtes cependant pris trop tard, sachez que certaines universités examinent les demandes tout au long de l'année. Les dossiers sont à renvoyer à l'office of admissions de l'établissement visé. Les frais de dossier sont généralement compris entre 30 € et 60 €, non remboursables. Attention, en partant seul au Canada anglophone, vous paierez les frais de scolarité dus par les étrangers, soit l'équivalent de plusieurs milliers d’euros pour l’année.
 

Les tests de langue

Si vous souhaitez vous inscrire dans une université anglophone, vos résultats aux tests de langue seront systématiquement exigés pour votre admission. Un minimum de 220 points au TOEFL (Test of English as a Foreign Language) est généralement demandé. Mais certains établissements sont parfois plus exigeants (250 points et plus). Renseignez-vous directement auprès de ceux qui vous intéressent. Les universités francophones ne font pas passer de tests de langue à leurs étudiants, mais attendent d'eux, à l'évidence, une compréhension minimale de l'anglais (80 % des ouvrages de la bibliographie sont rédigés dans cette langue).
 
Attention aux formalités d'entrée !
Si vous partez étudier plus de six mois, vous devez solliciter un permis de séjour temporaire pour étudiant au service d'immigration de l'ambassade, à Paris. Ce document est délivré environ six semaines après la demande, seulement sur la période prévue et pour l'établissement désigné. Si vous souhaitez renouveler votre permis sur place, il faudra vous y prendre au moins un mois avant l'expiration du premier. Si vous vous envolez pour le Québec, vous devez, en plus, demander un CAQ (certificat d'acceptation du Québec) à la Délégation générale du Québec. Enfin, pour effectuer un stage au Canada, un permis de travail temporaire est obligatoire. Demandez-le au même service d'immigration.
 

Le coût des études

Si la vie est globalement moins chère au Canada qu'en France, mais si les études y sont plus abordables qu'aux États-Unis, les droits d'inscription pour les étrangers restent assez élevés. Ils varient considérablement d'une province à l'autre, voire selon la discipline et l'année d'études. Les étudiants étrangers doivent en effet s'acquitter de droits majorés, à l'exception de ceux qui partent étudier au Québec. Le service culturel de l'ambassade estime le coût moyen d'une année d'études au Canada à 10 000 €. Le site www.educationau-incanada.ca met à disposition des étudiants internationaux un calculateur de coûts des études au Canada. Mais le montant ainsi calculé ne correspondra pas aux frais de scolarité que vous aurez à payer si c'est au Québec que vous allez étudier. En effet, en vertu d'une entente signée entre le Québec et la France, vous paierez les mêmes frais de scolarité que les étudiants québécois si vous êtes de nationalité française.
 
Pour plus de coordonnées, consultez notre rubrique « Les adresses utiles pays par pays ». 
d'infos
Sites internet
ONISEP: Toute l'information sur les formations et les métiers ainsi que des services aux élèves, aux parents et aux équipes éducatives.
FAFIEC: Partenaire des entreprises pour les accompagner et financer leurs projets de formation continue et d'insertion des jeunes par l'alternance.
Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche