Les diplômes et titres nationaux

Les diplômes et titres nationaux

Du CAP au DESS en passant par les titres d'ingénieurs et les licences professionnelles, les diplômes et titres nationaux sont bien connus des employeurs. 

Derrière leur intitulé, chacun peut comprendre que vous avez effectué un certain nombre d'années d'études, et surtout que vous avez un niveau " identifiable ". Actuellement, ces diplômes se positionnent sur une échelle allant de I à V.

  • Niveau I : diplômes d'ingénieurs, troisièmes cycles d'université.
  • Niveau II : licence et maîtrise.
  • Niveau III : bac + 2, BTS, DUT...
  • Niveau IV : bac, brevet professionnel, bac professionnel...
  • Niveau V : BEP, CAP.

 

Les titres d’ingénieurs

Une école d’ingénieurs ne peut délivrer ce titre qu’après avoir reçu l’homologation de la Commission des titres d’ingénieurs (CTI), instance nationale composée de représentants de l’enseignement supérieur et du monde professionnel. Pour préparer un titre d’ingénieur en formation continue (près de deux mille salariés et demandeurs d’emploi sont concernés chaque année), trois ans au minimum d’expérience professionnelle sont requis. Les études peuvent durer de vingt-quatre mois (à temps plein) à quatre ou cinq ans (en cours du soir) et sont accessibles dans leur grande majorité à des diplômés de niveau bac + 2.

À l’issue de ce cursus, les diplômés, grâce à la formation continue, sont titulaires du même titre que ceux de la formation initiale. Parmi les spécialités des écoles, on trouve notamment l’informatique industrielle et les logiciels et réseaux. De nombreuses universités (Paris 6, Grenoble, Valenciennes, Bordeaux...) proposent également des formations délivrant des titres d’ingénieurs.

Le Cnam est par ailleurs habilité à délivrer le diplôme d’ingénieur en informatique du Cnam. Il se compose des valeurs du diplôme d’études supérieures techniques (DEST) en informatique , prolongé par les formations suivantes :

  • une valeur technique d’approfondissement et d’initiation à la recherche ;
  • une valeur de communication, culture, expression, couplée à un examen probatoire au cours duquel le candidat doit montrer son aptitude à collecter des informations sur un sujet précis, à en faire une synthèse et une présentation claire ;
  • un test d’anglais ;
  • la réalisation d’un travail d’ingénieur correspondant à neuf ou douze mois à temps plein. Ce travail peut être réalisé en entreprise ou dans un laboratoire de recherche public ou privé.

 

Les formations d’ingénieurs en partenariat (FIP)

Nommées à l’origine Nouvelles formations d’ingénieurs (NFI), elles requièrent cinq ans d’expérience au minimum et s’adressent en priorité aux techniciens de niveau bac + 2. La formation, qui dure 1 600 heures, se déroule en alternance entre l’entreprise et l’école d’ingénieurs.

En savoir plus : Commision des titres d'ingénieur (CTI)

 

Le Cesi

Le Centre d’études supérieures industrielles (Cesi) propose également aux techniciens supérieurs justifiant de cinq ans d’expérience professionnelle de préparer un titre d’ingénieur. La formation dure 24 mois, à temps plein, à l’issue d’un stage de remise à niveau.

En savoir plus : www.cesi.fr

 

Les ingénieurs du réseau « Fontanet »

Accueillant les techniciens supérieurs justifiant de trois ans d’expérience professionnelle, les écoles proposant la filière « Fontanet » offrent une formation de deux ans à temps plein, après un cycle préparatoire de six à douze mois.

En savoir plus : www.reseaufontanet.org

 

Le titre d’ingénieur diplômé par l’État (IDPE)

Exclusivement délivré grâce à la validation des acquis professionnels , le titre d’ingénieur diplômé par l’État (IDPE) s’adresse aux candidats justifiant d’au moins cinq années de pratique professionnelle dans des fonctions communément confiées à des ingénieurs. Une quinzaine d’établissements d’enseignement supérieur sont autorisés à organiser les épreuves de l’examen dans les spécialités informatique, informatique industrielle ou télécommunications et réseaux.

En savoir plus : www.sidpe.info

Les titres du Ministère des Affaires Sociales, du Travail et de la Solidarité

La certification professionnelle, délivrée au nom de l’État par le ministre chargé de l’emploi, est appelée « titre professionnel ». Ce titre atteste que son titulaire maîtrise un ensemble cohérent de compétences, aptitudes et connaissances permettant l’exercice d’activités professionnelles qualifiées.

Quelle que soit la voie d’accès, les modalités de validation pour l’obtention du titre et de ses certificats attestent de compétences professionnelles directement utilisables dans l’activité visée. Les évaluations peuvent être réalisées en situation de travail réelle ou reconstituée ainsi qu’à l’aide de tout document. Un entretien avec le jury permet de s’assurer que le candidat maîtrise effectivement l’ensemble de ces compétences, aptitudes et connaissances.

 

Parmi les formations proposées :

  • Responsable de projet en système d’informations, accessible à des diplômés de niveau bac + 2 ayant une expérience d’au moins trois ans à un poste en informatique, sanctionnée par un titre professionnel de niveau II. Seul ce titre nécessite une expérience pour y accéder ;
  • technicien supérieur gestionnaire de ressources informatiques, niveau III ;
  • développeur informatique, niveau III ;
  • technicien supérieur de support en informatique, niveau III ;
  • technicien supérieur en réseaux informatiques et télécommunications d’entreprise, niveau III ;
  • technicien réseaux et télécommunications d’entreprise, niveau IV ;
  • technicien d’assistance en informatique, niveau IV.

Se renseigner sur : www.emploi.gouv.fr

Les autres titres à finalité professionnelle

Tous les titres homologués font automatiquement partie du Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Pour en savoir plus, consulter le site de la Commission nationale de la certification professionnelle : www.rncp.cncp.gouv.fr

Les formations diplômantes du CNAM

Le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) propose des formations diplômantes adaptées à la vie professionnelle (notamment grâce aux cours du soir). Il offre la possibilité de :

• composer sa formation à la carte, sans objectif de diplôme ni de durée ;

• centrer sa formation sur une spécialité et d’acquérir rapidement des compétences nouvelles en préparant un certificat ;

• s’engager dans une formation diplômante.

Accéder au site du CNAM et au département informatique du CNAM

Le département informatique du Cnam

Témoignage

Arnaud Voinier, développeur

 

En s'inscrivant à la formation de responsable de projet en système d'information de l'AFPA, Arnaud Voinier comblait un double désir : celui de poursuivre ses études et de valoriser son expérience professionnelle. Titulaire d'un BTS action commerciale et d'une formation complémentaire d'un an en alternance en systèmes et réseaux informatiques, il est aujourd'hui salarié d'un cabinet de conseil. "L'informatique est plus utilisée comme un outil de développement, que comme une activité à part entière dans l'entreprise. Elle n'a pas besoin d'un responsable informatique à 100 % sur cette activité. 

 

"Performant au niveau purement technique, Arnaud Voinier estime en revanche devoir acquérir des connaissances en gestion de projet et en communication. La formation de l'AFPA correspond à ce qu'il recherche, mais sa durée (un an) est un peu longue au regard des critères de sélection du Fongecif. " Pour que mon dossier ait plus de chances d'être accepté, l'AFPA m'a proposé d'adapter le programme de formation à mes besoins. J'ai été dispensé de certains modules très techniques, de parties du programme que je maîtrisais déjà. "

 

Aujourd'hui titulaire du titre de niveau II de responsable de projet en systèmes d'information, Arnaud Voinier dresse un bilan très positif de cette expérience : " J'ai beaucoup appris, du point de vue méthodologique, sur la conduite de projet, la gestion et la comptabilité. Mais ce qui m'a particulièrement intéressé concernait l'aspect communication : comment mener des réunions, des entretiens avec les utilisateurs… Nous avons eu de nombreux travaux pratiques et mises en situation, et la diversité des expériences des stagiaires a été fructueuse. " Aujourd'hui, Arnaud Voinier reste enthousiaste. " J'ai quand même fait évoluer mon poste, avant je développais beaucoup, maintenant je fais de plus en plus de conception et de présentations de projets. "

d'infos
Sites internet
ONISEP: Toute l'information sur les formations et les métiers ainsi que des services aux élèves, aux parents et aux équipes éducatives.
FAFIEC: Partenaire des entreprises pour les accompagner et financer leurs projets de formation continue et d'insertion des jeunes par l'alternance.
Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche