À bas les idées reçues !

À bas les idées reçues !

L’informatique est présente dans tous les domaines. Mais comme c’est un secteur jeune, deux clichés qui la concernent ont la vie dure.

Le numérique serait réservé aux élites matheuses qui ne s’exprimeraient qu’en termes incompréhensibles aux profanes.

 

​Faux ! Les salariés du secteur ne sont pas tous informaticiens. Il y a des juristes, des biologistes, des gestionnaires, des commerciaux, des consultants… Certains ne connaissent rien à la technique pure et se sont formés sur le terrain à l’utilisation du matériel.

 

Pour être informaticien, il faut avoir d’autres qualités que la logique mathématique et la discipline. Par exemple, un ingénieur spécialisé dans l’étude et le développement doit avoir des aptitudes pédagogiques lorsqu’il s’adresse à un client, tandis qu’un ingénieur d’affaire devra avoir de grandes qualités relationnelles et commerciales. Le numérique a donc besoin de profils variés et de diverses qualités.

 

D’ailleurs, dans le numérique, beaucoup de métiers ne réclament pas de compétences en informatique pure. Les graphistes, les community managers, les webmasters, entre autres, sont là pour en témoigner.

 

Les femmes n’ont pas leur place dans ce secteur.

 

​Faux ! D’ailleurs, elles représentent déjà plus de 27% des salariés dans le secteur du numérique (elles en représentaient 25% en 2010). Elles s'y plaisent, car il s’agit d’un univers concret et créatif. Elles sont présentes dans tous les métiers, avec une préférence pour les postes de chef de projet, de développeur, et dans les métiers du multimédia ou de l’Internet.

 

Les femmes représentent 34% des employés/techniciens, 25% des ingénieurs, consultants, et cadres et 19% des cadres dirigeants.

 

Si la parité est encore loin, ces chiffres restent encourageants. D’ailleurs les femmes sont très demandées aujourd’hui par les ESN (Entreprises de Services du Numérique) qui souhaitent aujourd’hui créer la mixité au sein de leurs équipes.

 

Néanmoins, seulement 11% des étudiants inscrits en école d’ingénieur en informatique en 2014 étaient des étudiantes, qui représentaient aussi 20% des inscrits en licence professionnelle de l’informatique, du traitement de l’information et des réseaux.

 

On peut tout de même noter que les écarts de rémunération tendent à réduit entre les hommes et les femmes. Alors que le fossé s’élevait à 37% d’écarts de salaires chez les cadres dirigeants en 2010, il avait réduit jusqu’à 19% en 2013. Chez les ingénieurs, ont est passé d’un écart de 10% à 6% sur la même période.

 

Les informaticiens sont des geeks invétérés.

 

Faux ! Si dans l’imaginaire collectif, les informaticiens sont des éternels adolescents accros aux jeux vidéos, la réalité est tout autre. Les informaticiens sont des hommes et des femmes de tout âge, issus de tous les milieux, aux profils et aux intérêts variés. Travailler dans le numérique aujourd’hui c’est avoir des qualités dans la communication, dans le relationnel, dans la négociation, dans l’expression artistique et esthétique…

 

Un bel exemple de cette variété est la patronne de Yahoo, Marissa Meyer, informaticienne mais aussi gestionnaire, femme d’affaires, et mère de famille.

 

Pour en savoir plus sur les études qui mènent aux métiers du numérique

Un portrait de Marissa Meyer

 

 

 

d'infos
Sites internet
ONISEP: Toute l'information sur les formations et les métiers ainsi que des services aux élèves, aux parents et aux équipes éducatives.
FAFIEC: Partenaire des entreprises pour les accompagner et financer leurs projets de formation continue et d'insertion des jeunes par l'alternance.
Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche