Les projets informatiques

Les projets informatiques

Avant de vous jeter dans le grand bain, vous devez vous poser les bonnes questions.

Le secteur de l’informatique étant particulièrement vaste, mieux vaut cibler votre recherche. Souhaitez-vous travailler dans le service informatique d’une entreprise d’un secteur particulier ou bien dans une société de services et d’ingénierie informatique qui intervient dans des secteurs très divers ? Préférez-vous travailler seul ou en équipe ?
Le livreur est un drone !
Après la voiture intelligente, la célèbre Google Car, et les lunettes connectées, les Google Glasses, voici le Google Drone ! En août 2014, les ingénieurs en robotique de Google ont annoncé l'expérimentation d'un service de livraison par drones, appelé Project Wing.
La phase de tests, avec des prototypes, s'est déroulée dans la campagne australienne, près de Warwick. Là-bas, la loi est plus permissive qu'aux États-Unis quant aux usages commerciaux des drones… Les Google Drones ont alors pu livrer des bonbons, de l'eau, des médicaments et même de la nourriture pour chiens.
Le drone de Google serait capable de livrer des objets de taille moyenne « en quelques minutes » à ses clients dans les grandes zones urbaines. Il effectuerait sa livraison en restant dans les airs, à une vitesse de 10 mètres par seconde, et ralentirait à 2 mètres au-dessus du sol grâce à un fil et un système de capteurs pour éviter un atterrissage trop brutal ! Les hélices du drone en mouvement auraient été trop dangereuses pour le client qui réceptionne son colis si elles s'étaient trouvées au ras du sol.
Le géant du commerce en ligne, Amazon, travaille lui aussi sur un projet similaire. Il a l'intention de faire voler des drones transportant jusqu'à 2,2 kg de marchandises à plus de 80 km/h.
 
 
Le Mooc, un amphithéâtre à l'échelle de la planète
« Du manager au leader », cours du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), « Philosophie et modes de vie », enseigné par un professeur de l'université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, ou « Espace mondial » de Sciences po Paris… Trois mois après son lancement fin 2013, FUN (France université numérique) comptait déjà 88 000 adeptes. FUN est la première plate-forme mutualisée de cours en ligne (Moocs), regroupant universités, écoles et institutions de l'enseignement supérieur français.
Internet, après avoir révolutionné l'économie, transforme profondément l'éducation dans le monde entier. Certains spécialistes n'hésitent pas à parler de révolution. Les Moocs viennent tout droit d'outre-Atlantique. Ce sigle signifie en anglais Massive Open Online Courses. Il s'agit de cours en ligne, gratuits, ouverts à tous et à un nombre illimité de participants, qui se déroulent en interaction avec plusieurs milliers d’apprenants simultanément. Ces cours d'un nouveau genre associent ressources numériques (vidéos, textes, images…) et activités pédagogiques (quiz, forums, réseaux sociaux, tutorat, évaluations…). Tout y est fondé sur le partage de ressources et la pédagogie participative.
Parmi les inscrits sur FUN, 86 % vivaient en France, 7 % en Afrique et 5 % sur le continent américain.
En 2013, aux États-Unis, 80 % des établissements mettaient des cours en ligne, contre seulement 3 % des universités françaises. Les établissements du supérieur français ont désormais leur plate-forme nationale à forte visibilité pour héberger leurs Moocs et permettre à tous les publics, partout dans le monde, d’accéder à leurs enseignements. Tous les sujets y sont à l'honneur, des sciences humaines à la littérature en passant par les mathématiques, le management et… l'informatique !
 
 
L'Oculus Rift : un oeil dans la réalité virtuelle
Que diriez-vous d'un tour de grand huit où vous croiseriez des dragons, des volcans en éruption, des cascades et bien d'autres choses plus dingues encore ? Ce tour à la fois réel et virtuel en 3D, aux sensations au-delà de la réalité, est (presque) possible. Installé dans votre voiture sur les montagnes russes, posez l'Oculus Rift sur votre nez, et c'est parti !
L'Oculus Rift est un masque qui recouvre les yeux, attaché au visage par une sangle fermée à l'arrière du crâne. Un écran plat HD devant chaque œil, ce que vous voyez est une image stéréoscopique déformée qui augmente le champ visuel. L'image virtuelle est projetée à l'infini, tandis que des capteurs suivent vos mouvements et adaptent l'image projetée, vous immergeant dans un monde reconstitué.
Ce drôle de casque de réalité virtuelle est conçu par l'entreprise Oculus VR. Facebook a flairé les possibilités infinies offertes par l'Oculus Rift, bien au-delà des seuls jeux vidéo, et a racheté la start-up en mars 2014 , alors même que le projet était en cours de développement ! L'Oculus Rift intéresserait les chirurgiens – pour opérer à distance –, les militaires, les journalistes ou les réseaux sociaux, qui pourraient ainsi reconstituer un environnement permettant de se retrouver entre amis !
 
 
Les perspectives infinies de l'imprimante 3D
Réalisation de prototypes et de pièces en série dans l'industrie, d'implants dans le domaine médical : les professionnels n'en finissent pas de découvrir les possibilités offertes par l'imprimante 3D, qui permet de produire un objet réel à partir d'un dessin réalisé sur l'écran d'un ordinateur. Cette extraordinaire machine a été conçue en combinant les technologies de la 3D, du laser et de la « fabrication additive ». Les objets en volume sont en effet fabriqués par l'accumulation de couches de matériaux, façonnés dans la machine par le rayon laser.
Mais l'imprimante 3D n'intéresse plus seulement les experts et les ingénieurs. Plusieurs fonctionnent avec des plastiques, moins coûteux que la résine ou le métal qu'utilisent les professionnels. S'imposera-t-elle dans nos foyers aussi vite que l'ont fait l'imprimante photo ou l'imprimante à jet d'encre ? Pourrons-nous à loisir réaliser des bibelots et bijoux personnalisés, remplacer une pièce manquante ? Une start-up londonienne envisage ainsi de commercialiser à un prix abordable une imprimante 3D destinée à produire des desserts ! À partir de motifs conçus sur votre ordinateur, vous pourrez transformer chocolat, beurre, crème ou pâte d'amande en carte de vœux, en bouquet de fleurs ou en voiture de course sucrés…
On trouve déjà des imprimantes 3D en libre-service dans quelques grandes surfaces, et de nombreux sites Web où les mordus de la 3D s'échangent des plans prêts à imprimer… Pour ceux qui ne connaissent pas les techniques de dessin en 3D, des photos prises sous différents angles de l'objet à reproduire devraient même suffire !
 
 
Le marketing à l'heure du big data
Walmart, première entreprise mondiale par son chiffre d'affaires, a lancé en 2014 un projet de « e-receipt », c'est-à-dire de ticket de caisse électronique. Le principe ? Le client peut recevoir son ticket de caisse via l'application mobile de Walmart.
Pour cela, il est identifié par son numéro de Smartphone, qu'il peut composer lui-même sur le terminal de paiement de la caisse, s'il préfère rester discret. Une discrétion toute relative, car l'enseigne de grande distribution américaine compte bien récupérer les précieuses données qui sont ainsi collectées.
Le client se verra adresser des offres commerciales directement en rapport avec ses habitudes d'achat, sur son Smartphone. Un marketing ultraciblé, donc.
Le géant américain du commerce en ligne Amazon exploite déjà largement toutes les traces laissées par ses 244 millions de clients internautes. Ce ne serait pourtant qu'un début. Certains spécialistes estiment que 90 % des données personnelles ont été produites au cours de ces deux dernières années, mais qu'1 % d'entre elles seulement ont été analysées !
 
 
Comment la Cocotte est devenue intelligente
C'est une Cocotte-Minute presque comme les autres… À ceci près qu'elle vous signale, en cours de cuisson, quand il est temps d'ajouter les carottes, qu'il est nécessaire de baisser la température, ou que vous allez pouvoir passer à table !
Nutricook Connect est la première « Cocotte connectée ». Mise au point par SEB, l'inventeur français de la Cocotte-Minute, celle-ci est reliée par Bluetooth à l'application mobile MonAutocuiseur, sur tablette ou Smartphone. Le fabricant français prévoit désormais la création d'autres appareils de cuisson « intelligents et communicants ».
À l'instar de la Cocotte, de nombreux objets se voient peu à peu dotés de capteurs, de mémoires et de systèmes sophistiqués, appelés à changer notre quotidien : une oreillette qui guette vos clignements d'yeux et vibre pour vous garder éveillé, un capteur sous votre skateboard pour enregistrer et partager vos spots et performances, un autre relié à votre Smartphone pour veiller sur la croissance vos plantes… Bienvenue dans l'ère des objets connectés !