Numérique, formations et métiers : le regard des parents - sondage Odoxa

Quelles opinions les parents ont-ils du numérique, de ses formations et de métiers ?
Quelles opinions les parents ont-ils du numérique, de ses formations et de métiers ?

 

SONDAGE – COLLÈGE/LYCÉE – NUMÉRIQUE, FORMATIONS & MÉTIERS

Le numérique vu par les parents : des compétences et métiers associés à un bel avenir

… mais une démarche d’orientation qui laisse encore beaucoup de familles démunies

 

Fin juin 2020, lors d’un sondage réalisé par Syntec Numérique et YouGov* sur l’impact de la pandémie, 46% des personnes interrogées envisageaient de changer un jour de métier pour rejoindre le numérique. Parmi elles, des parents sans doute. Pourtant, le secteur, qui demeure l’un des premiers recruteurs de France, peine encore à s’affirmer auprès des jeunes lorsqu’ils doivent choisir leur voie.

Pour tenter de mieux comprendre ce phénomène, Talents du Numérique a poursuivi ses travaux sur la manière dont les différents acteurs de l’orientation voient le secteur.

Après avoir livré fin 2018 les résultats de son analyse de la perception des lycéens, l’association s’est penchée, avec le support d’Odoxa et du groupe de recherche Pessoa de l’Uco**, sur les représentations qu’ont parents et enseignants du secteur, de ses formations et métiers.

La première partie de l’étude, consacrée au regard des enseignants, est sortie en juillet. Dans ce second volet, le point de vue des parents lui est comparé.

 

Des parents plus convaincus encore que les enseignants de l’apport du numérique pour le parcours des élèves

800 parents ont été sondés du 27 avril au 4 mai 2020, parmi lesquels 413 avaient des enfants scolarisés au collège ou au lycée. Pour 81% d’entre eux (contre 72% des enseignants interrogés dans le même temps), le recours aux outils numériques à l’école favorise l’apprentissage de l’autonomie et 87% d’entre eux (soit 6 points de plus que chez les enseignants) considèrent même que cette démarche favorise l’insertion professionnelle de leurs enfants. 85% des parents estiment d’ailleurs que la maîtrise de compétences numériques a un impact sur l’employabilité future de leurs enfants, un mot qui peut sembler décalé lorsqu’on parle d’élèves du secondaire mais qui correspond à une préoccupation réelle des parents.

 

Des métiers globalement associés à la réussite et au bien-être

Les métiers du numérique, tels qu’ils apparaissent à travers les retours des sondés, semblent correspondre à un avenir plutôt désirable, que les parents pourraient souhaiter à leurs enfants. 80% d’entre eux affirment en effet que contribuer au développement d’outils numériques est un « bon métier ». Interrogés sur ce qu’est un « bon métier » en général, les répondants le définissent comme doté d’une bonne image, valorisant, rémunérateur, intégrant des valeurs sociales et environnementales et laissant du temps libre.

Ils savent aussi que les débouchés ne manquent pas dans le secteur (ils sont 92% à le souligner) et pour 87% d’entre eux (contre 81% des enseignants), les métiers du numérique n’ont pas de genre et sont à proposer aux filles comme aux garçons.

 

Mais des parents qui ne se sentent pas toujours à l’aise face à l’orientation alors qu’on note des disparités socio-professionnelles

Si les parents disent se tourner d'abord vers les salons d’orientation et internet afin d'aider leurs enfants dans leur recherche, seuls 57% d’entre eux ont le sentiment d’être suffisamment informés pour parvenir à accomplir cette mission efficacement. Cet inconfort diverge selon la catégorie sociale et la profession (64% des CSP+ se sentent à l’aise contre 55,6% des CSP-) mais se renforce aussi avec l’âge (65,7% des 25-34 ans se sentent à l’aise contre 54,3% des 50 ans et plus). Peut-être les plus âgés se sentent-ils plus déconnectés des formations initiales ; le processus d’orientation devient aussi plus concret et stressant dans cette tranche d’âge. 18% des parents indiquent en outre ne pas savoir quels parcours de formation conseiller vers le numérique (contre 7% des enseignants). Ce sentiment connaît également des disparités socio-professionnelles : ainsi 27,7 % des ouvriers répondent en ce sens.

Logiquement, des décalages apparaissent entre vision des parcours, qualités requises et réalité de la situation : les parents interrogés sous-évaluent ainsi en général le niveau d’études pour rejoindre le secteur (70% des embauches se font à Bac+5 même si la situation tend à évoluer). Ils sont 71% à penser également
qu’ « aimer programmer » est un critère décisif, ce qui n’est pas exact et peut décourager certaines vocations.

 

Face à ce constat, Talents du Numérique réaffirme sa disponibilité pour travailler avec les associations de parents d’élèves, avec le ministère de l’Éducation nationale comme avec l’ensemble des acteurs de l’éducation pour réfléchir à la mise à disposition de ressources et actions différenciées et coordonnées avec les Régions.

 

* https://syntec-numerique.fr/actu-informatique/resultats-sondage-numerique-post-covid-19
**Uco : Université Catholique de l’Ouest

 

Contact presse : Caroline Bougy - 06 62 56 20 65 - caroline.bougy@talentsdunumerique.com

Téléchargez l'étude et le communiqué