QUE FAIRE APRÈS UN BAC+2/3 +4 ou +5 ?

Vous vouliez faire une formation courte ou aviez besoin de temps pour réfléchir. Aujourd’hui, vous voulez poursuivre vos études.
À quoi avez-vous accès après un Bac+2, un Bac+3, +4 ou un Bac+5 dans le domaine de l'informatique ou du numérique ?

Rappel : les informations diffusées ici le sont à titre indicatif et ne sont pas exhaustives. Les voies d’accès au numérique sont multiples ! N’hésitez pas non plus à nous signaler toute imprécision que vous auriez pu repérer.

Après un Bac+2 (L2 validée ou équivalent)

Vous avez fini votre prépa (CPGE), avez obtenu un BTS ou un DUT : quelles sont les possibilités qui s’offrent à vous ?

Une licence ?

Dans quel cadre ? Après deux ans (L1 et L2 validées) à l’université ou en classe prépa avec obtention d’équivalences universitaires (sous réserve d’inscription parallèle à l’université).  Ou encore après un BTS ou DUT.

Etudiants dans une salle de classe avec ordinateurs

Quelles licences vers l’informatique ? 

→ Nous vous en parlons sur notre page « Que faire après le Bac » : licence informatique, licence informatique Miage, licence mathématiques ou encore licence MIASHS mènent aux métiers du numérique. Différentes majeures et options sont souvent proposées au sein de ces licences.

Attention, l’admission (sur dossier avec CV, diplôme, lettre de motivation, explication du projet professionnel) est décidée par une commission pédagogique. Les décisions peuvent varier d’une université à l’autre. Après un BTS, on intègre souvent la licence en deuxième année (L2) mais il peut arriver que l’on vous accepte seulement en L1 ou directement en L3. Vos notes joueront bien sûr un rôle non négligeable tout comme la spécialité et l’orientation de vos premières années d’études supérieures. N’hésitez pas à postuler dans plusieurs universités.

Une licence professionnelle ?

Quelles spécialités ? La licence professionnelle Métiers de l’informatique est l’intitulé générique. Il existe différentes spécialités selon les établissements qui la proposent (et, souvent, selon leurs partenariats avec les entreprises de la région) : Systèmes d’information et gestion des données, Réseaux informatiques et télécommunications, Administration et sécurité des systèmes et des réseaux, Conception, développement et tests de logiciels, Développement d’applications …

Dans quel cadre : en formation initiale, par apprentissage ou formation continue selon les structures. Les modalités d’accès changent selon les structures mais en général la licence est ouverte aux étudiants pouvant témoigner d’un diplôme de niveau Bac +2 et attester d’un nombre significatif de crédits en informatique dans leur formation passée (autour de 30 ECTS).

Un Bachelor informatique ?

Dans quel cadre : dans certaines écoles, cette formation en 3 ans normalement accessible après le Bac est ouverte à des étudiants ayant validé un diplôme Bac + 2 : BTS, DUT voire une licence professionnelle (Bac +3).

Quelles spécialités : Vous aurez le choix entre la spécialité Sécurité et Réseaux ou la spécialité Développement Web et Mobilité. Le programme pédagogique est différent selon les écoles et établissements qui proposent le Bachelor. Un stage en entreprise est prévu d’une durée de 8 mois sur 3 ans.

 

 #GoodToKnow

Vérifiez les accréditations ou labels reçus par le Bachelor qui vous intéresse : une inscription au RNCP (Registre national des certifications professionnelles), un "Visa" d'État ou un label international tel que le label européen Equis sont autant de garanties de reconnaissance du diplôme.

Une école d’ingénieur.e.s 

Vous le savez, certaines écoles d’ingénieur.e.s ne sont accessibles qu’après deux ans de prépa scientifique (CPGE) mais il est aussi possible d’intégrer des écoles post Bac (dites également à prépa-intégrée) après un Bac+2. Des parcours alternatifs existent aussi pour entrer dans des écoles généralement accessibles post CPGE.

Dans ce cas, l’admission - dite parallèle - se fait par concours ou dossier puis entretien. Pour en savoir + consultez notre rubrique dédiée.

FOCUS : Intégrer une école d'ingénieur.e.s 

L’école d’ingé après une prépa - CPGE (Bac+2 ou Bac+3)

Rappel : les prépas menant le plus naturellement à des études dans le numérique sont les prépas MPSI (la plus logique), PSCI et PTSI.

Comment accéder aux écoles d’ingénieur.e.s ?

  • Attention, il vous faudra suivre la procédure SCEI pour vous inscrire aux concours, établir votre classement, consulter les résultats d’affectation. Les inscriptions sur SCEI se font en général à partir de décembre et jusqu’à début/mi-janvier. À surveiller !
  • L’accès aux grandes écoles d’ingénieur.e.s en 3 ans post prépa se fait sur concours. Les écoles s’organisent pour proposer des épreuves communes.
  • ​Voici les principaux concours pour les filières liées au numérique : Centrale-Supélec (15 écoles – ouvert aux élèves de CPGE en MP, PC, PSI et TSI), Mines-Pont (9 écoles, élèves issus des spécialités MP, PC, PSI), Mines-Telecom (12 écoles, élèves issus de CPGE en MP, PC, PSI principalement), INP – ex concours communs polytechniques (34 écoles, élèves issus de CPGE PT, MP, PC PH, PC CH, PSI, TSI, TPC), Polytech (32 écoles dont les 14 Polytech, étudiants issus de CPGE MP, PC, PSI, PT BCPST, TB), FESIC prépa (13 écoles ouvert aux élèves de CPGE en MP, PC, PSI, PT), Epita-Ipsa-Esme (pour les étudiants venant des spécialités MP, PC, PSI, PT et PSI). 
  • Plusieurs « banques de notes » viennent compléter ce dispositif pour les écrits :
    • La banque filière PT : mise en place pour les étudiants de la filière PT par les concours suivants : Concours Commun Mines-Ponts, Concours Centrale-Supélec, Concours Communs Polytechniques, Concours ENS de Cachan/Paris-Saclay, Concours Commun ENS Rennes, Concours Commun Arts et Métiers et Concours École Polytechnique.
    • La banque e3a (qui réunit 75 écoles – pour les spécialités MP, PC, PSI)

​#GOODTOKNOW

  • Attention à bien vérifier les écoles comprises dans les concours : ainsi le concours Mines-Telecom comprend aussi l’Ensiie et le concours Centrale-Supélec permet aussi d’accéder à l’UTT.
  • Certains de ces concours servent aussi de « banques de notes » à d’autres écoles, c’est à dire qu’elles s’appuient pour leur sélection sur les notes que vous avez reçues dans ce concours en appliquant leurs propres critères.
  • Pour une même école, selon votre spécialité en CPGE vous ne passerez pas nécessairement le même concours : ainsi si vous êtes en filière TSI ou PT vous accéderez aux écoles du concours Mines-Ponts par le concours Centrale-Supélec ou la Banque PT.

IMPORTANT : renseignez-vous bien sur les procédures spécifiques aux écoles qui vous intéressent en allant sur les sites internet, en contactant les services d’admission, en allant à leur rencontre sur les salons.

L’école d’ingé après un Bac+2, +3, +4 voire +5

C’est ce qu’on appelle les « admissions parallèles » ou admissions sur titre. Des procédures communes existent également. En général, l’admission se fait sur dossier et entretien mais des examens écrits peuvent aussi être demandés.

Selon les établissements et le niveau de diplôme de l’étudiant, l’entrée se fait en 1ère, 2e, 3e ou 4e année (pour les écoles à recrutement post-bac) ou en 1ère ou 2e année pour les écoles à recrutement post prépa.
Vous souhaitez intégrer une école d’ingénieurs avec un Master 2 (Bac +5) ? C’est possible mais vous ne pourrez accéder qu’à la 4e année (ou la 2e année pour les écoles en 3 ans post prépa). Il faudra donc prévoir deux années d’études supplémentaires.

Principaux concours et procédures : Avenir+ (recrutement du Bac à Bac +4), Groupe Insa (Bac +2), réseau Polytech (Bac+2), Pass’Ingénieur (Bac +2 et Bac +3), CASTing – écoles centrales (Bac +3), Mines-Télécom - admission sur titres (DUT, L3 à M1), Mines-Pont / ParisTech (de L3 à M1).

#GoodToKnow

Vous êtes en BTS ou DUT ? La banque d’épreuve DUT-BTS vous est dédiée si vous avez réalisé un parcours dans un de ces domaines : électrique, mécanique ou génie civil. Si vous avez complété votre parcours par une prépa ATS (adaptation du technicien supérieur) qui prépare en 1 an les titulaires de BTS et DUT à l’entrée en école d’ingénieur, un autre concours existe pour certaines écoles : le concours ATS.

Etudiants et Etudiantes du numérique dans une bibliothèque

Après un Bac+3
(L3 validée ou diplôme de niveau équivalent)

Une école d'ingé ?

Voir la rubrique dédiée !

 

Un Master of Science de la CGE ?

L’accès à ce diplôme professionnalisant et ouvrant sur l’international peut être accordé exceptionnellement avec un L3 validé sur appréciation du dossier au moment des admissions. Pour en savoir plus sur cette formation, rendez-vous dans la rubrique Bac + 4.

Un Master ?

Dans quel cadre : il peut se suivre à l’université ou en école après une licence (L3) ou un Bachelor. L’accès est souvent plus compliqué après une licence pro : il vous faudra présenter un dossier très solide, de bonnes lettres de recommandation et expliquer la pertinence de votre projet. À noter : certains Masters peuvent être suivis en apprentissage.

Quelles spécialités : le Master informatique est l’une des voies d’accès logique aux métiers du numérique. Il propose plusieurs spécialités en deuxième année parmi lesquelles : Systèmes, réseaux, sécurité ou encore Ingénierie du Web et e-business, Architecture des logiciels, Ingénierie de l’image et des jeux vidéo … Le Master Miage (Méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises) mène aussi aux métiers du numérique tout comme le Master MIASHS (Master Informatique appliquée aux sciences humaines et sociales). D’autres masters sont liés à cet univers comme les Masters Web, e-business, e-commerce ou encore e-marketing.

 

Après un Bac+4 (M1 ou équivalent validé)

Mastère en sciences / Master of Science de la CGE

Ce diplôme créé par la Conférence des Grandes Écoles (CGE) vous apporte un diplôme de niveau Bac +5 très axé sur l’international et le milieu professionnel.
Son objectif : vous faciliter l’accès à une carrière à l’international en visant les hautes fonctions de l’entreprise.

Il vous permet de vous spécialiser et/ou d’obtenir une compétence complémentaire : Big Data, Intelligence artificielle, Marketing digital … 50% minimum des cours sont proposés en langue étrangère. Ce mastère dure 18 mois (voire 36 mois par alternance) avec au moins 4 mois en entreprise.

Attention il existe aussi une appellation Master of Science non reconnue par la CGE.

Pour en savoir + : Liste des Master of Science de la CGE.

Une école d’ingé ?

Voir plus haut notre rubrique dédiée !

 

Un Mastère spécialisé ?

Les mastères spécialisés de la CGE (voir ci-dessous la rubrique Bac +5) sont accessibles aux Bac +4 qui peuvent attester de trois ans d’expérience professionnelle.

Après un Bac+5 (M2 ou équivalent validé)

Un Bac +5 dans la poche, vous avez accompli un joli parcours. Pourquoi continuer et vers quoi ?
Deux raisons principales pourraient vous y encourager : la possibilité d’acquérir une double compétence ou celle d’obtenir une spécialisation plus pointue.
Un exemple de double compétence : vous êtes ingénieur.e en informatique, vous pourriez obtenir une spécialisation dans un domaine complémentaire tel que la finance, le management ou le marketing.

Poursuivre donc, mais avec quel diplôme ? 

Un Master

De niveau Bac+5 lui aussi, c’est un diplôme reconnu par l’État et à l’international. Vous n’augmentez pas votre niveau sur le papier mais vous l’enrichissez.

 

Un Mastère spécialisé ?

 Il vous apporte un diplôme de niveau Bac +6. Il a une vocation professionnalisante affirmée : il dure 1 an, comporte 4 mois minimum de stage en entreprise et débouche sur la soutenance d’une thèse professionnelle. C’est un label et une marque déposée par la CGE (Conférence des Grandes Écoles), gage de qualité.

En savoir + : Toute la liste des mastères spécialisés.

Un Doctorat ?

Vous obtiendrez un diplôme de niveau Bac +8, particulièrement apprécié à l’international (PhD). Vous devrez rédiger une thèse en deux ou trois ans : il faut trouver le bon sujet de recherche, celui qui vous passionnera et saura intéresser vos employeurs potentiels (universités, écoles, entreprises).

IMPORTANT : le système de financement par la CIFRE (Convention industrielle de formation par la Recherche) facilite la réalisation d’un doctorat au sein d’une entreprise, en CDD ou CDI. La recherche publique et l’enseignement sont également des débouchés.